Manutea repasse en Méditerranée, suite et fin du voyage

La prévision était bonne, nous sommes partis de Cadix dimanche 31 mars sur les coups de 9h30, au moteur avec un petit vent de face jusqu’à Tarifa, ville marquant l’entrée du détroit. Entre temps, nous avons bien sûr croisé le cap de Trafalgar et ses  remous caractéristiques dus aux hauts fonds, aux effets de la marée en surface et des courants contraires des eaux plus denses venant de la Méditerranée. Ce n’était donc pas un poisson d’avril, nous avons bien franchis le détroit dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2019. Nuit claire, au moteur avec un léger vent contraire mais le courant de marée avec nous (-2PM à +2PM dans le sens Atlantique vers Méditerranée, PM=pleine marée), c’était cool. 

L’entrée en Méditerranée avec le courant dans une eau peu agitée nous permet d’apprécier les nombreuses rencontres avec les dauphins qui viennent jouer devant l’étrave de Manutea. Une autre rencontre, celle-ci stupéfiante, saugrenue nous interpelle fortement : une vache morte, les pattes en l’air, flottant à quelques mètres de notre bateau.

           

Le cabo de Gata, marquant la fin de l’Andalousie, se profile  devant Manutea au lever du 4ème jour, nous permettant de changer de cap et faire du nord vers Garrucha afin de remplir notre réservoir de gasoil, eh oui, nous sommes au moteur presque depuis le départ !!  A partir de là, nous allons encore user du moteur pour quelques temps avant d’avoir un vent portant jusqu’à Marseille. C’est aussi la route des cargos, une veille attentive est nécessaire avec l’aide de l’AIS pour ne pas faire route de collision avec ces nombreux bateaux commerciaux.

     

C’est autour du Cabo de la Nao (en face d’Ibiza) d’être franchi, vite fait, car la tempête arrive à grand pas et c’est de justesse que nous arrivons dans la marina de Dénia pour nous abriter, il est 23h00. Nous en profitons pour re-compléter le plein de gasoil (le nerf de la guerre d’un convoyage). 

 

Au matin du 5ème jour, nous prenons le cap sur Marseille pour une nav de 360 Milles Nautiques à la voile au portant. Nous en profitons, au début, pour envoyer le spi, cette grand voile d’avant. Nous le tiendrons 3h avant de l’affaler et remettre le génois tangonné, le vent forcissant. Bien sûr, à cette allure, Jean Jacques essaie tant bien que mal de garder l’équilibre pour continuer à nous concocter de bon petits plats. Il y réussi très bien, même qu’on se ressert souvent deux fois !!!

                

Au 6ème jour, nous longeons les Pyrénées avant d’affronter le golf de Gascogne. La mer est grosse, mais au portant c’est acceptable, …. On gagne en vitesse par des surfs interminables !! Notre Chat, Nelson se langui de l’arrivée, la grosse mer et le louvoyage ne lui sont pas très agréable. Néanmoins, il a son petit carré d’herbe qui lui rappelle que la terre existe et qu’il peut encore espérer ! 

       

Dimanche 7 avril 2019 à 8h45, Marseille se profile à l’horizon, aves mes équipiers Jean-Jacques et Régis que je remercie du fond du coeur (ils ont été exceptionnellement bons dans tous les compartiments du jeu), nous savourons notre parcours : 9 jours pour 1044 MN de Santa Cruz de Tenerife à Cadix et 7 jours pour 799 MN de Cadix à Marseille, le tout avec seulement 4 jours de moteur, une prouesse pour un convoyage .

Hasta luego !

NB : Une heure à près la publication de l’article sur la toile, nous faisions notre entrée dans le port de l’Estaque et Manutea rejoignait sa place. Nos familles et des copains étaient là pour nous accueillir, c’était un moment emprunt d’émotions fortes. Un autre comité c’est invité à monter sur le bateau, les douanes du port de la joliette qui nous avait vus arriver en rade de Marseille. Après un examen de quelques cales et rangements du bateau, ils ont quitté le bord satisfaits de ce qu’ ils avaient constaté. Nous avons dès lors pris l’apéritif en famille sur le parking ensoleillé du club avant de regagner nos domiciles et d’entamer notre vie à terre.

 

Cet article a été publié dans Côté mer et côté terre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Manutea repasse en Méditerranée, suite et fin du voyage

  1. Feraud dit :

    Un super voyage je l’ai fait avec vous. Je ne savais pas que les vaches aimaient se baigner…

  2. Laurence & Ben dit :

    Bravo les marins ! Un beau retour mené tambour … et fourchettes battant! Et pour la vache ,allez savoir , vous étiez peut être sur le tournage d’un épisode du ptit quinquin ? La pôvrette…

  3. Dumontier Philippe et Aurèle dit :

    Hello les navigateurs ! Ça donne envie ces beaux récits marins ! J’aurais Bien fait le voyage retour avec vous !!! Bon retour et bon pied sur terre ! On s’appelle pour des news !! Bises à tous !

  4. Yves Langourieux dit :

    Bravo, bienvenue à votre port d’attache!Virginie et les enfants sont impatients de vous retrouver.
    Nous les avons vus hier après-midi.
    À bientôt
    Yves & Leïla

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s