Histoires de quarantaines

Retour en France:
Vendredi 8 mai, nous quittons Great Bird notre îlot désert de confinement pour le mouillage d’English Harbor sur Antigua.

IMG_0640

Derniers instants à Great Bird Island sur le sentier aux serpents.

Ce retour à la civilisation s’accompagne du port du masque obligatoire (sous peine d’amende) et d’une reprise incontournable de la consommation..
Pour la navigation d’abord: achat d’un moteur thermique pour l’annexe. Après quelques années  vouées au moteur électrique nous faisons marche arrière car outre la fragilité de l’engin, l’utilisation de l’annexe dans les mouillages antillais est indispensable et au vue de la longueur des trajets parcourus, notre moteur électrique a vite été débordé en capacité…
Des courses pour le plaisir ensuite: on en rêvait depuis longtemps.. enfin la possibilité s’offre à nous de pouvoir déguster une délicieuse et tant attendue glaaaaace!!!! Certes achetée au supermarché mais tellement appréciée!

Depuis le 11 mai nous avons quitté Antigua et sommes de retour dans les eaux françaises en Guadeloupe. Ce changement d’île est soumis à une quarantaine que nous vivons à bord de Manutea.
« Holà! Hello! Coucou! Ici Manutea! »
C’est un peu comme ça ici actuellement, quand on navigue il faut s’annoncer et prendre l’autorisation auprès de la direction de la mer. Ayant expliqué notre projet de descendre dans le Sud pour rejoindre les Grenadines durant la période cyclonique, le service a toujours fait un retour positif à nos demandes d’escales.
En compagnie de Speedy, nous longeons la côte sous le vent avant de faire une escale aux Saintes à l’îlet Cabrit puis à la marina de Pointe à  Pitre. Il faut faire la révision du nouveau moteur Volvo de Manutea et aussi faire réparer une ultime fois des pièces du moteur électrique de l’annexe.. Nos amis eux s’affairent à mettre Speedy en état d’hivernage avant leur départ en avion pour la métropole à la fin de la semaine.

Dans la famille Taureau je demande les enfants et le capitaine qui ont fêté leurs anniv sur Great Bird en mode chasse au trésor, cache-cache géant, barbecue et compagnie… et puis la mère. Sans tout dévoiler non plus, le mois de mai est aussi celui où j’ai soufflé quelques bougies et à votre avis dans quelle tranche je me situe? Aller un p’tit effort, ça commence par un 4! Une bonne quarantaine d’accras de morue et un far antillais à la banane et au maracudja cuisinés avec soin à la farine de manioc par Pierre, des tapas en tout genre, du rhum, de la musique et des copains… recette idéale pour passer une chouette soirée!

20200520_214733

Happy Birthday!

Vendredi 22 mai nous disons au revoir à Speedy… Les derniers moments de vie en commun ont été intenses, la séparation a été poignante et il y a comme un grand vide maintenant: Manutea a perdu son binôme de mouillage et nous de précieux compagnons de voyage.. Il reste des souvenirs en pagaille pour les enfants et les parents.
La quarantaine française a donc été plutôt souple car nous avons pu faire des petits sauts de puce de mouillage en mouillage.

L’après..
Il y a le déconfinement. Il y a aussi les conséquences indirectes du covid 19: nous croisons de nombreux équipages qui ont décidé de mettre un terme à leur projet en faisant un retour anticipé via transat ou avion.
Nous décidons de continuer même si j’avoue avoir tenté à maintes reprises de convaincre Daniel de faire la transat retour… mais en bon Taureau qui se respecte, le capitaine ne lâche rien, il n’est pas près d’abandonner! Il faut dire que les conditions de nav sont plus tendues que pour la transat aller…

Lundi 25 mai notre quarantaine française prend fin. Nous sommes dans l’archipel des Saintes et profitons de balades en tous genres sur les îlets.


Vient ensuite une escale le 29 mai en Martinique à St Anne pour couper la route. Manutea trouve sa place dans un « trou à Cyclone » juste à côté du bateau pirate Victoria. A bord, Lilian nous accueille pour une visite de cette réplique du bateau de Magellan suivie d’un barbecue dans la mangrove. Comme son nom l’indique, cet endroit bordé par les palétuviers représente un abri sûr pour les navires durant la période cyclonique.

Retrouvailles sous le signe du partage. Partage de moments festifs, de souvenirs et de savoirs faire. Les garçons profitent des connaissances de Laurent pour apprendre à godiller et de Phil pour confectionner des bijoux à partir de graines locales. Art de vivre ou Mise en éloge de la lenteur associée à la patience dans ce cadre si apaisant.

20200531_111222

Cours de godille pour Charli.

 

Chez Phil: Atelier graines!

Petit havre de paix, ce changement de décors et d’ambiance est plaisant. Entre terre et mer c’est aussi notre mode de vie à nous! Voilà pourquoi nous nous sentons si bien dans la mangrove. Le calme absolu des nuits tranquilles sans mouvements et du réveil matin aux chants des oiseaux!
C’est donc tout naturellement que nous repoussons notre départ de quelques jours pour rejoindre le mouillage surchargé de St Anne.

20200530_171915

La suite pour nous c’est la descente vers les Grenadines dans lesquelles nous entamerons une nouvelle quarantaine…. chaque changement de territoire nécessite 14 jours de mise à l’écart. Chacun gère la situation à sa manière et si je parlais de la souplesse française, il n’en est pas de même partout.. Cela fait quelques semaines que nous préparons notre arrivée dans les Grenadines. Il y a une zone de mouillage unique à Grenada pour les navigateurs qui ont dû choisir auparavant leur période d’arrivée dans des créneaux proposés et la soumettre à l’organisation. Pas facile de s’y retrouver surtout que tous les documents et formulaires sont en anglais. Heureusement Thomas de Cassiopée nous donne la main sur ce coup et on espère pouvoir vivre nos 2 semaines d’isolement côte à côte!

Départ pour Grenada mercredi 3 juin pour 160 milles avec un vent Est Nord Est au travers. Arrivée prévue jeudi midi pour une nouvelle page au Sud des Antilles: les îles Grenadines!

Cet article a été publié dans Côté mer et côté terre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Histoires de quarantaines

  1. Dumontier dit :

    Plaisant et non plaidasse !! 😂

  2. Dumontier dit :

    C’est vraiment plaidasse lire vos récits ! J’avais du retard sur ce voyages aux quatorzaines répétitives !!

  3. AlFred dit :

    Bouh ouh ouh j’en ai les larmes aux yeux de vous revoir, et surtout d’envisager définitivement que cette aventure-là est finie pour nous, qu’on n’est plus à vos côtés. Profitez à fond ! Et continuez de bien nous raconter tout ce que vous faîtes ! De gros gros bisous Alice

  4. Schlieper André dit :

    Coucou, super les nouvelles, bonne continuation, en tous cas vous rayonnez, et bon anniversaire Virginie avec du retard 😉 des gros bisous à tous les 4 et Nelson ça va toujours ?

  5. Schlieper dit :

    Super les nouvelles, bonne continuation, en tous cas vous rayonnez 😘

  6. Martine GLORIEUX-DECORTE dit :

    Coucou, je vois que tout va bien pour vous! de très beaux récits! belles photos et vidéos!
    une photo très belle de vous 2 trop mimi!
    de gros bisous de la Bretagne exactement de Batz sur mer!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s